Créer mon blog M'identifier

Aimer malgré la déception

Le 28 octobre 2013, 22:07 dans Humeurs 0

Surmonter la déception, c'est ce que je me répète souvent. Est-ce pour tout le monde pareil ? Sommes-nous toujours déçus au moins une fois par les gens qu'on aime ?

Je crois qu'il n'existe aucune personne que j'aime qui ne m'ait jamais déçue. Il faut l'accepter mais aime-t-on pareil après ? Que c'est difficile d'oublier ça. Oublier le mensonge, les petits manques de respect, les oublis de penser à toi pour ton anniversaire ou un évènement important... Il y a tellement de façon d'être déçu.

J'ai découvert que je suis plus souvent déçue en ce moment alors peut-être que l'on vit les choses plus intensément (dans le négatif) et que l'on est moins conciliant quand on est mal dans sa peau. je suis sûre que c'est lié. Et le plus terrible c'est qu'une déception entraîne une tristesse supplémentaire et une vision de plus en plus sombre de la vie. La spirale de la désillusion.

Qu'est-ce qu'il faut que je fasse ? Je l'aime mais il me déçoit tellement souvent. Je suis peut-être trop exigeante.

La famille des fois ça craint

Le 5 octobre 2013, 16:25 dans Humeurs 0

Mon frère B fait partie de ces gens qui suite à leur divorce et à la perte de leur maison et de leur boulot font une grave dépression. Il fait aussi partie de ces gens qui ont un tel complexe d'infériorité qu'il refuse tout net les conseils et l'aide de ces proches. Il fait aussi partie de ceux qui essaie le plus vite possible pour oublier sans doute le passé de reconstruire une nouvelle vie mais voilà avec la première venue c'est pas toujours cool. On dit toujours qu'on attire pas forcément les bonnes personnes quand on déprime et bien là c'est bien vrai... Du coup il s'est remarié avec cette V encore plus dépressive que lui.

Ca fait quelques mois qu'il s'est brouillé avec tous ses proches, insultes à papa et maman... la totale de je sais plus ce que je dis parce que j'ai perdu les pédales et que j'en veux à tout le monde.

Le titre aurait pu aussi être "la dépression nous fait dire n'importe quoi".

Bah voilà quelques semaines que je n'avais pas eu des contacts avec mon frère B et voilà qu'il m'envoie un sms un soir horrible me disant que je fais plus partie de sa famille et bla bla bla... Bref je comprends rien et pas pourquoi ça me tombe dessus. Et ça dure toute la soirée à m'insulter. Poussée à bout j'ai un peu pété les plombs et je lui ai dit que c'était un jaloux complexé et que je voulais plus entendre parler de lui.

J'ai su le lendemain qu'il avait fait subir le même sort à maman et mes deux autres frères. Hallucinant !
Je me suis même dit que heureusement qu'il habite à plus de 500 bornes parce que je me suis dit qu'il voulait me tuer.

Alors franchement j'y comprends rien avec la famille, un coup on s'adore, un coup on se pourrit et on peut plus se saquer. Pareil avec mes parents à forte dose j'en peux plus et maintenant qu'ils habitent à 800 kms de moi ils me manquent trop. Moi qui affectionne les sentiments constants je supporte très mal ces variations d'entente. Comme dirait mon frère X, nous aimerions tous l'harmonie mais ce ne sont que des passages qui durent peu de temps en comparaison des tempêtes. Je n'en veux pas à B j'espère juste qu'il va guérir.

Pourquoi je me tais ?

Le 28 septembre 2013, 15:47 dans Humeurs 0

Vide intersidéral : Voilà qui ressemble le plus à mon ressenti : le vide... Envie de rien et rien à dire sauf faire de la pâtisserie.

En fait si j'aurais un tas de choses à dire mais je me laisse tout le temps bouffer par les discussions avec les autres et du coup je me dis que ce que j'ai à dire c'est toujours pareil et que j'ai rien à raconter. G dit que non, que je dois lui parler mais lui aussi même sans faire exprès parle sans arrêt de ses aventures à son travail ou encore de ce qu'il aimerait voir au cinéma... Ça m'intéresse contrairement à ce qu'il pense parfois seulement je le laisse débiter sa journée et on en arrive au moment où le repas est fini, qu'il faut débarrasser et ranger et puis mettre petit W au lit et hop devant une petite série à la télé pour se détendre biensûr mais finalement je n'ai pas pu en placer une. Moi aussi j'ai des charges émotionnelles dans la journée. C'est pas toujours tout rose mais chose incompréhensible je n'ai jamais vraiment l'occasion d'en parler. Je ne parle quasiment jamais de rien, je garde tout et rien ne sort du coup. J'en arrive même à me sentir oppressée vraiment physiquement mais comment faire. Ça le saoule de toute façon de parler sans cesse des mêmes choses.

C'est vrai que j'ai tendance à remettre souvent les mêmes soucis sur le tapis mais en même temps si c'est ça qui me fait souffrir et pas autre chose... Je vois pas de quoi d'autre je pourrais parler à part de...rien.

Pourquoi c'est toujours à ça que je pense : tiens j'aurais bien raconté ça où j'aurais bien dit ça à ce moment là mais non je suis restée muette. Pourquoi je me tais ?

Voir la suite ≫